« On n’aura jamais assez de serre-joints »